Oyé, oyé !
Comme tu peux le voir, le site se refait une beauté ! En attendant qu'il soit fin prêt, seul le webzine est disponible. Tu ne peux donc pas pour le moment accéder à la boutique ! Si tu veux être avertie lorsque tu pourras de nouveau commander, inscris-toi à la Wild Letter ici :

    L’art de prendre une (bonne) décision

    « Peu de personnes ont le sentiment d’avoir le droit de choisir. Elles écoutent trop les autres, n’osent pas faire ce qu’elles veulent »

    Jolet Plomb

    N’avez vous jamais eu du mal à prendre une décision ? Dans le travail, ou dans la vie personnelle ? Partir, ou rester ? Faire des études de communication ou de médecine ? Emménager en couple ou partir à l’étranger ? Démissionner ? Rompre ? Faire un enfant ? Nous nous sommes toutes déjà retrouvées face à des décisions difficile à prendre. Voici trois outils, qui vous aideront à prendre vos décision.

    OUTIL N1 :  Le timing

    Avant toute chose, situez vous dans le temps. Prenez connaissance de votre timing pour savoir si c’est ou non le moment de prendre cette décision.

    Il y a deux sortes de timing :

    Le timing personnel : le contrôle qu’on exerce lorsqu’on décide ou non d’agir, de prendre une décision.

    Le timing universel : lorsque toutes les forces de la nature affluent dans la même direction. Être en harmonie avec le timing universel revient à courir avec le vent dans le dos. Cela vous donne de l’élan. Lorsque vous êtes en phase avec une idée dont l’heure est venu, rien ne pourra vous arrêter.

    Si vous stressez et voulez absolument quelque chose : Il n’est alors pas encore le temps de prendre cette décision.

    OUTIL N2 : Le pourquoi ?

    Dans l’art de la guerre pour les femmes, Chin-Ning Chu nous invite à nous poser les bonnes questions, afin de prendre une décision juste, en accord avec nos valeurs et principes.

    1. Est-ce qu’elle est juste ? Avant de prendre une une décision vous devez vous demander ce qui vous motive. Admettons que vous vouliez une promotion, est-ce pour gagner plus que votre collègue qui vous exaspère ? Est-ce pour voler la place du supérieur ? « Si votre objectif n’est pas juste, vous finirez forcément par souffrir. Lorsque vous faites ce qui est bien pour la bonne raison, vous obtenez les résultats escomptés ». Posez vous une seule question « est ce qu’en agissant ainsi, je fais ce qui est juste? »
    2. Est-ce motivé par mon égo ? Si c’est votre fierté qui parle, vous ne ferez pas long feu. Si vous vous sentez supérieur ou voulez prouver que vous l’êtes, peut être la décision n’est pas bonne  à prendre.
    3. Suis-je motivé par la seul avidité ? Confucius disait « Une personne supérieur comprend ce qui est juste, tandis qu’un individu médiocre ne comprend que le profit ». Si vous êtes guidés par l’avidité, désir ardent, immodéré de quelque chose (comme de l’argent par exemple), vous comprendrez alors que vos actes ne sont plus en accord avec votre éthique, et donc, l’échec devient inévitable.
    4. Suis-je déprimée ? Si vous êtes abattue, découragée, vous risquez de prendre des choix qui ne sont pas raisonnable. Lorsque vous êtes angoissés, mieux vaut ne rien faire. Lorsque votre esprit vous dit « il faut que j’ai..  pour que j’aille mieux », arrêtez tout. Respirez un bon coup et ne faites rien.
    5. À qui vais-je être utile et à qui vais-je nuire ? Plus il y aura de gens à qui vous allez être utile, moins il y aura de gens auxquels vous nuirez, et plus grande sera votre réussite. Si vous avez un but altruiste, qui ne va pas seulement vous élever, mais élever aussi d’autres personnes, vous réussirez surement. Si vous nuisez + que vous allez être utile, vous risquerez de vous prendre un retour de baton.
    6. Quel est le TAO de mon travail ? Votre TAO dans le cadre de votre travail revient à donner 100% de vous même, à chaque instants. Donnez 100% de vous même, dans la décision que vous prendrez.  En accordant vos objectifs avec votre TAO, vous prendrez chaque fois la bonne décision. Peut être n’obtiendrez vous pas le succès en une nuit, mais quand vous réussirez, vous pourrez repenser à vos actes avec fierté.

    Lire aussi : Adopter le minimalisme

     

    OUTIL N3 : Le comment ?

    Jolet Plomb a conçu la machine à penser, l’instrument pour ceux qui ont du mal à prendre des décisions. La machine à penser est un outil de questions qui vous aide à ordonner vos pensées différemment. Vous apprenez à changer vos schémas de pensées traditionnels contre un mode de pensée plus libre et plus associatif.

    Décrivez votre problème différemment : Posez vous la question suivante : « Quel résultat attendez vous du choix que vous devez faire ? A quoi voulez vous parvenir ? »

    1) Explorez plus largement le problème en vous posant les questions suivantes : Quelle partie de la description du problème repose sur votre propre interprétation des faits ? Avez vous vérifié ses faits ? Depuis quand avez vous ce problème/cette décision à prendre ? Pourquoi ne l’avez vous toujours pas prise ?  Que se passera t il si vous ne prenez pas de décision, quelqu’un la prendrait à votre place ? Qu’êtes vous prêt à Faure pour résoudre votre problème ? En termes de temps d’argent d’effort, de relations ? De quoi êtes vous prêt à vous passer ?

    2) Changez de peau. Mettez vous à la place de quelqu’un ou de quelque chose, qui aurait la même problématique. Si vous compariez ce problème à un paysage, à quoi ressemblerait-il ? Décrivez-le ou dessinez-le. Si vous compariez ce problème à des vacances quel serait-elles ? À une maladie ? À un livre, un film, une pièce de théâtre ?  Comment quelqu’un aurait-il décrit ce problème au siècle dernier ? Comment quelqu’un vivant au milieu de l’Afrique décrirait-il ce problème ? Comment un enfant de 5 ans décrirait il ce problème ? Comment un agriculteur décrirait ce problème ? Comment le directeur d’une multi-nationale décrirait ce problème ? Comment votre grand mère décrirait-elle ce problème ? Comment expliqueriez vous ce problème a un enfant de 6 ans ?

    3) Maintenant que vous avez exploré votre problème il va être question de le définir . Posez vous des questions en commencent par comment, ne dites pas « dois je moins travailler? » ou « Il est temps que je prenne un coach » mais « comment créer davantage de calme dans ma vie? » Ne dites pas non plus « Devons nous continuer à vivre chacun chez soi ou bien chercher une maison » mais « Comment pouvons nous être liés tout en gardant notre liberté »

    4) Demandez vous.. Et si ?

    Que feriez vous si n’aviez a besoin de tenir compte de personne ? Que ferait un escargot ? Un cadre supérieur ? Qu’auriez fait il y a 5 ANs ? Il y a 10 ans ? Que feriez vous si vous n’aviez peur de rien ? S’il n y aurait aucune conséquence ? Que ferait les gens en chine ? Un chef d’orchestre ? Un voyou ? Que feriez vous si tout était possible ? Que ferait un professeur ? Un chat ? Que ferait votre partenaire ? Un bon père de grande famille ? Que ferait votre mère ? Que ferait quelqu’un de méfiant ?

    5) Trier vos solutions, en quatre catégories distinctes.

    1. Celles qui sont attractives et réalisable, (les meilleures), S’il y en a plusieurs, Comparez les en faisant les pour ou les contre. Ou lancez un dés et faites confiance au hasard.

    2. Celles qui sont attractives mais irréalisables (et dans ce cas là travaillez sur comment la rendre réalisable). La décisions attractive est plus facile a réaliser qu’une solution qui ne l’est pas, même si elle semble irréalisable, elle a beaucoup plus de chance de fonctionner.

    3. Celles qui sont peu attractives mais réalisables. Ce sont les solutions ennuyeuses, les fastidieuses/ Les solutions ennuyeuses coutent beaucoup d’énergie et ont plus de risques d’échouer que les autres. Regardez bien d’abord les autres possibilité

    4. Celles qui sont peu attractives et irréalisables : Oubliez les.

    6) Faites le bilan. Vous n’avez pas trouvé de solution ? Comment cela se fait il ? Le problème est-il bien réel ? Voulez vous vraiment le résoudre ? Quelle direction avez vous trop vite rejetée ? Avez vous peur de prendre une décision ?  Regardez les choses d’un point de vue extérieur, que diriez-vous si c’était le problème d’un ami éloigné ?

    Débarrassez vous du superflu, si c’est mauvais pour vous ou qu’un problème persiste, soyez réaliste. Détachez vous de certains éléments.

    Et n’oubliez pas : le temps peut-être prendra certaines décisions à votre place, simplement parce que beaucoup de problème se résolvent d’eux même. À condition que vous leur en laissiez le temps. Parfois même le problème disparaitra a cause d’autres attentes non satisfaites.La décision doit elle être prise maintenant ?

    Lire aussi : Comment faire face à une confrontation ?

    Après avoir étudié et travaillé dans le domaine de la communication, Imani décide de transformer son rêve de petite fille en vision : Créer un magazine papier et digital qui deviendrait l'accessoire indispensable des femmes qui veulent conquérir le monde. Le but ? Inspirer et accompagner les femmes dans la réalisation de leurs rêves, et dans leur propre cheminement personnel.

    Comments
    • Ou pas assez le cœur et leur intelligence…

      27 mai 2019
    Post a Comment

    You don't have permission to register