Pourquoi nous comparons-nous aux autres et comment travailler sur ça ?

C’est un sujet qui nous touche tous. Que ce soit sur le plan professionnel ou personnel, on s’est tous déjà comparés, on se compare tous, les uns aux autres. Dans cet article, nous allons commencer par avancer le fait que c’est naturel de le faire, et qu’il n’y a pas de raison de culpabiliser à ce sujet. Ensuite, nous verrons comment la comparaison peut être en réalité totalement faussées par nos préjugées, et par la manière dont on se base sur les apparences de la vie d’autrui pour construire une fausse réalité. Nous allons aussi aborder ce sentiment d’injustice, lorsqu’on se pense plus méritant qu’un autre à obtenir certaines choses, et pour terminer nous allons apprendre à tirer profit de cette habitude qu’est la comparaison. Le but de cet article est de mieux appréhender nos pensées, nos sentiments négatifs, qu’on peut parfois avoir lorsqu’on se compare. À l’ère des réseaux sociaux, se comparer peut avoir de réelles conséquences néfastes sur notre psychisme, il est important donc, de savoir pourquoi notre cerveau agit de la sorte et comment transformer ces sentiments négatifs en sentiments positifs. En espérant que cet article, pourra vous aider à faire la part des choses et à envisager les choses d’un point de vue différent.

1. C’est humain et complètement naturel de se comparer

Il est important de rappeler que se comparer, c’est tout à fait normal.  C’est un mécanisme naturel, qui consiste à mettre face à face certains éléments de notre vie, avec les mêmes éléments de la vie d’autrui et d’établir une hiérarchie. Notre cerveau évalue constamment les choses qu’il voit, il les compare, les enregistre, et cela nous permet de construire notre vision du monde, d‘établir notre place au sein d’un groupe, et plus largement au sein du monde.

On part toujours du principe, à tort, que si nous on se compare aux autres, personne ne se compare à nous. Rien n’est plus éloigné de la vérité. Là où vous voyez des avantages dans la vie d’autrui, ces mêmes personnes envient des choses de votre propre vie, ou de votre personne. Vous n’avez pas conscience du nombre de personne qui se sont déjà comparés à vous en se se mettant dans une position inférieure. On intègre très jeune qu’il vaut mieux être plus beau, plus intelligent, plus courageux que les autres. On est dés notre plus jeune âge confronté aux notes et aux classements (prenez l’expression « premier de la classe » par exemple), et même dans le cadre familial, on se voit souvent comparés à nos frères et soeurs. C’est donc logique, qu’on ai prit cette habitude de nous comparer les uns aux autres. Que celui qui ne s’est jamais comparé, lance la première pierre !

2. Pourquoi la comparaison n’a souvent pas lieu d’être en plus d’avoir un impact négatif

Même si c’est une chose normale, et qu’il ne faut pas culpabiliser à ce sujet, la comparaison a quelque chose de néfaste, et peut vite devenir très malsaine, et faire de votre vie un réel cauchemar. La comparaison provoque très souvent en nous des émotions négatives. En effet, on va avoir tendance à nous mettre en position inférieure, face à une personne, dont on ne connait que le point de vue extérieur. On pense (souvent à tort) que notre situation est plus défavorable qu’un autre, on se renferme sur ce schéma de pensée et de fait, notre situation n’évolue pas, et notre manière d’appréhender cette situation non plus. On se focalise sur la vision qu’on a de la situation de la personne en face, hors, on ne voit que les apparences. On compare notre situation, notre nous intérieur, avec les moindres détails qu’on se connait, avec l’extérieur de la vie des gens. On reste bloqué sur ce qu’on voit des autres, hors on ne voit pas tout. On se base sur des suppositions, et on utilise ces suppositions pour décréter que la personne en face est dans une position préférable à la nôtre. Avec les réseaux sociaux, c’est encore pire : on voit ce qu’untel poste en story/en post. Que cela soit sur le plan physique : on voit un corps, un visage pris d’un certain angle (en sachant en plus qu’on peut facilement cacher des parties, voir modifier les images qu’on publie sur internet), ou sur le plan général, on regarde les sorties, les réussites, l’entourage des autres. Les réseaux sociaux ont amplifié cette mauvaise habitude, tout simplement car, on ne montre que ce qu’on a envie qu’on voit, la vie des gens paraît forcément enviable, lorsqu’elle se voit à travers un écran. Rien n’est plus faussé que la vie qu’on montre sur les réseaux sociaux, et se comparer à des vies qui n’existent pas, n’a aucun intérêt, et va juste nous rendre malheureux, parce qu’on vise un idéal qui n’existe que sur instagram. De plus, même dans la vie de tous les jours, il est rare, qu’on est accès aux difficultés, aux échecs, des gens qui nous entoure, on va être mis face au succès des gens, sans avoir connaissances des sacrifices qui ont du être fait, on va apprendre une naissance, sans savoir les années de patiences et les FIV par lesquels les parents sont passés, on va envier un mariage heureux, sans savoir ce qu’il s’y passe réellement à l’intérieur. En bref comparer sa propre vie, avec ses échecs, ses difficultés, ses erreurs, à la vie d’une personne qu’on ne connait qu’en surface (même un proche, on ne saura jamais en détail ce qu’il se passe concrètement dans sa sphère privé) n’a en réalité, pas beaucoup de sens.

3. Quand la situation nous paraît injuste : « je suis plus méritant qu’untel »

Il arrive parfois qu’on se compare aux autres, parce qu’on a l’impression qu’on est plus méritant qu’une autre personne à avoir tel succès/telle vie amoureuse/telle résultat scolaire/telle promotion. Pour sortir de ce schéma qui peut parfois nous empêcher d’être reconnaissant pour ce que l’on a, et qui va facilement nous pousser vers la jalousie, il faut prendre conscience que nous ne connaissons jamais tous les éléments extérieurs, nous n’avons que pour répondre à notre problématique, notre seul point de vue, qui n’est évidemment pas omniscient. Nous ne connaissons pas non plus l’avenir.

À l’école par exemple, il arrivait que des élèves plus bosseurs avaient du mal à récolter des bonnes notes tandis que d’autres en quelques minutes seulement, réussissaient brillamment leur examens. Sur l’instant T, on va avoir tendance à se dire que la situation est injuste, mais peut-être que la personne qui a réussi en peu de temps, avait un bagage solide dû à des révisions acharnées, qui remontent à très longtemps et qui lui ont servi aujourd’hui. Peut-être que la personne qui aujourd’hui bosse comme une acharnée, va réussir plus tard, et que cet échec sera une manière pour elle de mieux appréhender les choses.

Il serait trop exagéré de croire, que de notre place, nous sommes capable de savoir si oui ou non, on est plus méritant qu’untel. On ne sait jamais ce que les autres traversent réellement, et il est important de rester humble et de se concentrer sur son propre chemin, sans regarder ce qu’ont les autres, ce qu’ils font et comment ils s’en sortent, si ça ne vous apporte que des émotions négatives, et que cela vous pousse à avoir un comportement incorrect.

4. Comment tirer profit de la comparaison

Si on arrive à comprendre, gérer, ce sentiment, et ces pensées de comparaison, on peut tout à fait en tirer profit. Pour commencer, il est important d’accepter que vous vous comparez, vous n’êtes pas surhumain et ça ne réduit en rien votre valeur, ça ne fait pas de vous quelqu’un de forcément jaloux, ou vicieux. Ensuite, il est important de comprendre pourquoi vous vous comparez. De quelle manière vous vous comparez ? À qui ? Pourquoi ? À quels stades de leur vie, et à quel stade de votre vie les comparez-vous  ? Précisez vos pensées, qu’est-ce que les autres font, ont ou sont qui est différent de vous ? Pourquoi estimez-vous que cette personne est meilleure ou a de meilleures choses que vous ? Faites point par point, personnes par personnes.

Posez-vous ces questions : Qu’est-ce qui me fait penser que telle personne a ça de mieux que moi ? Est-ce que je serais vraiment heureuse en ayant ce qu’elle a ? Si je connaitrais les combats, les circonstances de la personne, serais-je prêt à y faire face aussi ? Je ne vois/pense qu’au positif, est-ce que je voudrais le négatif qui va avec ? (Un exemple tout bête mais beaucoup de personnes rêvent d’être influenceur, mais sont-elles réellement prêtes à assumer les critiques constantes, la pression qu’être un personnage implique, l’intimité qui est presque difficile à garder ?) Comment changer ma manière de penser ? Est-ce qu’il me faut les éléments factuels qu’à la personne, pour ressentir les émotions que je pense que la personne a ressenti ?

La réussite des uns, ne diminue en rien notre propre réussite. Vous n’avez pas besoin des mêmes circonstances de vie que la personne en face a, pour vous sentir aussi bien qu’elle (ou que ce qu’elle a l’air de montrer). Il n’y a pas de minimum de circonstances qu’il faudrait accumuler, pour ressentir ces émotions. Vous pouvez être aussi heureuse qu’une autre personne, sans avoir la même vie. Deux personnes peuvent être heureuses, de la même façon même si elles ne sont pas pareilles, n’ont pas accomplit les mêmes choses et ne font pas les mêmes actions.

Les pensées se travaillent, on choisit ce qu’on veut penser, ce sur ce quoi on veut se concentrer. On décide de l’angle qu’on prend pour voir les choses. Peut-être même qu’en ayant ce qu’une autre personne a, on aura quand même ce besoin de se comparer à autre chose. Ce qu’il faut travailler et changer, c’est son regard sur sa propre situation. Si votre vie n’est pas à la hauteur de ce que vous voulez, à vous de prendre des décisions différentes. Mais ce que font les autres ne va pas changer quoi que ce soit à votre vie. Il ne faut pas attendre les circonstances hypothétiques pour travailler ce type de pensées.

Servez-vous des autres comme une inspiration, et faites le point sur ce qui vous rendrait heureux. Le fait de voir ce qu’on voudrait dans la vie d’autrui, nous en dit long sur notre vie, sur comment on la considère, les points à travailler. Réfléchissez sur les croyances que vous avez sur votre vie, de manière à ce que la comparaison vous serve à quelque chose et vous apporte du positif.

Mais avant tout, concentrez-vous sur vous-même, comparez votre « vous » de maintenant à votre « vous » du passé et à comment devenir la « vous » du futur.

 

Après avoir étudié et travaillé dans le domaine de la communication, Imani décide de transformer son rêve de petite fille en vision : Créer un magazine papier et digital qui deviendrait l'accessoire indispensable des femmes qui veulent conquérir le monde. Le but ? Inspirer et accompagner les femmes dans la réalisation de leurs rêves, et dans leur propre cheminement personnel.

Post a Comment

You don't have permission to register